La Gendarmerie royale du Canada lance un avertissement sur sa capacité à contrôler le terrorisme, l’ingérence étrangère et la cybercriminalité

La GRC tire la sonnette d’alarme sur ce qu’elle appelle “des défis importants en matière de ressources” ; alors que les demandes de ses enquêteurs chargés de la lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité augmentent et prévient que si elle ne reçoit pas d’aide rapidement, elle pourrait ne pas être en mesure de contrôler correctement ces fichiers.

La GRC a signalé des problèmes potentiels dans deux rapports récents son plan ministériel 2020-2021, déposé à la Chambre des communes mardi, et ses derniers documents financiers.

“Sans une technologie, des outils et des systèmes d’information suffisants, la police fédérale risque de ne pas être en mesure de répondre aux besoins opérationnels critiques,” ; says le plan ministériel, qui présente les plans de la GRC pour l’année à venir.

“Dans l’ensemble, il existe un risque que, sans nouveau financement, la police fédérale ne puisse pas s’acquitter de sa mission déjà restreinte et ciblée.”

Le document indique que l’unité de police fédérale de la GRC concentrera ses efforts sur les enquêtes hautement prioritaires liées aux activités terroristes, à l’ingérence étrangère, au crime organisé, au blanchiment d’argent, aux activités criminelles graves et organisées sur Internet et à la cybercriminalité sous influence étrangère.

La GRC a bien répondu, en temps de publication, à la demande de CBC’s pour un commentaire, ou a répondu aux questions visant à savoir si le manque de ressources entraînera des réductions ou provoquera l’abandon ou le retard des services de police investigations.

“La police fédérale s’efforce de suivre l’évolution rapide de l’environnement de la menace criminelle dans lequel la technologie sous-tend l’activité criminelle contemporaine,” ; a déclaré la force.

“Les risques pour la sécurité des Canadiens ne sont plus directs et évidents, mais s’étendent à des menaces plus insidieuses et plus secrètes pour notre bien-être économique et social.”

L’avertissement de la GRC arrive alors qu’Ottawa s’apprête à faire le point sur l’état des menaces d’espionnage étranger au Canada. Le Comité parlementaire de la sécurité nationale et du renseignement dépose ce matin un rapport de 180 pages sur la réponse du gouvernement à l’ingérence étrangère.

Leah West, ancienne avocate fédérale qui est aujourd’hui chargée de cours sur les questions de sécurité nationale à l’université de Carleton, a déclaré que si le risque d’extrémisme violent inspiré par des interprétations radicales de l’Islam persiste, ces dernières années, les attaques les plus meurtrières au Canada sont venues de ceux qui s’inspirent de l’extrémisme de droite et du mouvement dit “incel” ; movement.

“Enquêter et prévenir la criminalité associée à chacun de ces mouvements n’est pas une solution universelle, ” ; elle a déclaré.

“Des ressources et des compétences importantes devraient être allouées pour contrer chacune de ces menaces uniques et, de l’avis général, croissantes pour la sécurité du Canada, ce qui mettrait sans aucun doute la GRC à rude épreuve.” ; Depuis des mois, la force signale un problème persistant de ressources dans ses mises à jour financières de routine.

Selon son rapport financier trimestriel de décembre, discrètement mis en ligne à la fin du mois dernier, les réductions opérées par le gouvernement ces dernières années ont mis “des pressions financières importantes” ; sur les forces de police nationales.

“Étant donné les demandes croissantes de ressources de la GRC, en particulier pour les dossiers de sécurité nationale, la GRC est confrontée à des défis importants en matière de ressources,” ; le rapport dit.

“Les préoccupations croissantes concernant le terrorisme et l’extrémisme, la cybercriminalité, l’évolution démographique, la croissance démographique et les progrès technologiques rapides continuent à créer des besoins opérationnels imprévus et à augmenter les coûts organisationnels existants.”

Les dépenses prévues de la GRC pour 2020-21 sont estimées à environ 3,5 milliards de dollars, dont 1,5 milliard de dollars réservés aux services de police des provinces, territoires, municipalités et communautés autochtones. Environ 900 millions de dollars seront consacrés aux services de police fédéraux.

On ne sait pas si le budget 2020 comprendra une augmentation

Un porte-parole du ministre de la sécurité publique Bill Blair a souligné le financement de près de 700 millions de dollars que le gouvernement libéral a accordé à la GRC ces dernières années suite aux coupes effectuées sous l’ancien gouvernement conservateur.

“Bien que nous ne spéculions pas sur ce qui pourrait ou non figurer dans le budget, nous savons que le gouvernement du Canada n’a pas de plus grande responsabilité que celle d’assurer la sécurité de ses citoyens,” ; a déclaré Mary-Liz Power dans un courriel à CBC.

“Sous notre direction, les agents de la GRC disposeront des ressources et du soutien dont ils ont besoin pour accomplir leur important travail.”

En raison du terrain économique instable causé par la propagation mondiale de COVID-19, West a déclaré qu’il n’est pas clair si le financement de la GRC sera une priorité absolue dans le prochain budget fédéral.

“L’ancien ministre de la Sécurité publique et le directeur du SCRS ont déjà reconnu le risque pour la sécurité publique que la croissance de ces mouvements extrémistes violents représente pour les Canadiens. Mais en cette période d’incertitude économique, je ne suis pas optimiste quant à la motivation politique nécessaire pour augmenter les dépenses,” ; elle a déclaré.

“tristement, au Canada, nous avons l’habitude d’attendre que quelque chose tourne mal pour accroître le capital politique et fiscal de la sécurité et de la défense nationales.”

Le chef du syndicat représentant les agents de la GRC affirme que ses membres ressentent la pression dans les différents services, tant au niveau fédéral que dans la police contractuelle.

“Nous savons depuis des années, et nous avons souligné depuis des années, que nos membres sont surchargés de travail et manquent de ressources. Nous avons donc besoin de plus de flics,” ; a déclaré le président de la Fédération nationale de la police, Brian Sauvé ;.

“On peut se demander si tous ces gouvernements prennent réellement la sécurité publique au sérieux.”