Les hauts responsables de la police ne doivent pas se plier à la rhétorique politique

Randy Wilson

Randy Wilson

Un article récent que j’ai lu dans le Globe and mail m’a poussé à ne plus me retenir et rester silencieux. Cela fait partie d’une attaque continue visant à saper l’efficacité de la police et, par conséquent, la sécurité des policiers et du public. “La commissaire de la GRC est priée d’émettre une directive sur l’utilisation du genou au cou” “La commissaire de la GRC, Brenda Lucki, doit émettre une directive claire aux agents pour que cette mesure soit interdite et injustifiée, disent un avocat de la défense et un député néo-démocrate”.

Bataille de rue

Lorsqu’un agent de la paix, qui est, selon la loi, tenu d’intervenir dans les actions d’un individu en vertu de la prévention d’une agression, d’une automutilation ou d’une mise en détention légale, et que cette personne ne se conforme pas à un ordre légal, la situation se dégrade souvent en un conflit physique. Le conflit équivaut à une “bataille de rue” car il n’existe pas de règles de boxe à ce stade. Il y a bien sûr des limitations aux actions de l’officier dictées par le code criminel et, par extension, par les politiques du Ministère. Tout cela ayant été inculqué par des cours de formation de base et des stages de perfectionnement en cours d’emploi. Le “suspect” ne respecte pas de telles limitations. Celles-ci  dictent essentiellement le niveau de force requis par l’officier. Cela signifie que l’agent doit adapter sa réaction pour lui permettre de surmonter les actions du suspect, car l’échec ne peut pas être un résultat. Pourquoi ? Ayant déjà mentionné l’exigence de l’agent de garantir la sécurité, il faut se rendre compte que, à chaque conflit qui se produit, il y a une arme à feu présente! Si l’agent est dominé par le suspect, l’arme à feu, une option de force mortelle, est maintenant à la disposition du suspect. Comprenons-nous pourquoi perdre cette bataille de rue n’est pas une option ?

Stratégies vers la réussite

Tactiques de défense policière est le terme souvent utilisé pour décrire les compétences enseignées aux aspirants policiers. On y apprend des techniques physiques réelles, ainsi que des éléments philosophiques et, bien sûr, juridiques. C’est là que le public, les élus et, malheureusement, certains cadres supérieurs insensibles à la réalité font que le policier souffre conséquemment. Les tactiques défensives enseignées (techniques de combat), comprennent le positionnement du corps, les mouvements d’équilibre, les cibles corporelles, les frappes d’impact, les blocages d’articulations, les techniques de retenue et l’utilisation d’armes. La douleur et le dysfonctionnement musculaire/nerveux sont référencés comme des objectifs. Il est également fait référence à l’évaluation de l’environnement et à la “lecture” du suspect. Cette liste n’est pas exhaustive. Ce qui est important ici, c’est de comprendre que la variété des situations/conditions/suspects est pratiquement infinie. L’objectif de la formation est de transmettre suffisamment de compétences et de confiance pour qu’un policier puisse remplir ses fonctions avec succès et en toute sécurité. La réalité est que le temps à consacrer à cette formation est limité et que les stagiaires n’ont pas tous la même capacité d’apprendre, d’absorber et, en fin de compte, d’appliquer les compétences. La formation a évolué au fil du temps pour se concentrer sur des concepts, avec une variété d’options pour atteindre un résultat. Par exemple, un coup porté à l’origine du plexus brachial peut faire ramollir le bras du suspect et faire tomber son arme. Ce coup peut être enseigné en classe comme un “coup de karaté”, mais les stagiaires sont encouragés à appliquer le concept sur le terrain en utilisant un coup de coude, un coup de bâton, un coup de tibia, etc. selon les circonstances. Cela dépend de l’ingéniosité du policier et de sa capacité à réagir rapidement dans les circonstances dynamiques de la vie réelle et, comme indiqué précédemment, il n’y a pas de temps illimité en classe pour couvrir toutes les techniques disponibles ou pratiques. Il est trompeur de dire qu’une technique particulière n’est “ni enseignée ni approuvée”. Ce que je veux dire ici, c’est que lorsqu’un décideur décide d’éliminer une option particulière, parce qu’elle devient politiquement impopulaire, il réduit la boîte à outils et, en fin de compte, l’efficacité de l’agent et, par conséquent, la sécurité publique. Comme je l’ai déjà dit : “Si un membre se débat corps et âme, et qu’une technique “approuvée par la GRC” ne lui est pas facilement accessible, doit-il rester assis et se faire battre ?” Le niveau de force le plus élevé, l’option de la force meurtrière, est autorisé et sera toujours une option disponible, telle que régie par la loi. Cela étant dit, toute application de la force, qui est moins que mortelle, est donc également une option légale. Plus une organisation considère une tactique particulière comme inacceptable, plus elle se retrouve avec ce niveau de force ultime comme seule option. Nous l’avons vu, au Canada comme aux États-Unis si nous avons été vigilants ces dernières années.

Le genou sur la nuque

 Brian Beresh, avocat de la défense en matière pénale: “La commissaire Lucki doit clairement faire savoir à la base que l’utilisation d’un genou au cou n’est pas appropriée. La procédure est tout simplement déraisonnable” “La transmission de ce message aux rangs pourrait se faire très rapidement, aussi rapidement que la diffusion d’un e-mail. Ce genre de comportement doit cesser”.

Je ne sais donc pas exactement où cet idiot puise sa logique, en essayant simplement de défendre son client en rejetant la faute, je suppose. Le fait que son client ait finalement été contrôlé indique l’efficacité de la technique. Le fait qu’il souffre d’un malaise physique lui rappelle que le respect des ordres légaux aurait été le meilleur choix.

Un suspect qui se bat à la dérobée peut être difficile à contrôler. Les emmener au sol est un début, car la terre ne bougera pas et vous aurez donc une certaine restriction de leurs mouvements. Vous devez maintenant les “épingler” à cet endroit, tout en essayant de les mettre en position de menottage. C’est là que le poids du corps sur le corps pourrait servir, cependant, à moins que vous n’ayez toute l’équipe de football avec vous, l'”empilade” n’est pas une option (ce qui, soit dit en passant, fait également l’objet de critiques importantes). Si vous mesurez 5’4″ et pesez 125lbs, vous aurez du mal à épingler ce bûcheron de 240lbs ou ce drogué à la méthamphétamine. C’est là qu’un concept doit être appliqué. Le genou sur la nuque est une tactique très précieuse dans ces circonstances, et il est en fait plus probable que le tibia soit en travers de la nuque lorsque vous regardez de près. Il sera inconfortable lorsque les nerfs droits sont touchés et que le suspect est en fait réceptif au stimulus de la douleur, ou il peut agir comme un contrôle de la carotide et rendre le suspect inconscient. Une option similaire est le genou sur la tempe ou la mâchoire, très inconfortable, dans le cadre de la philosophie “contrôler la tête, contrôler le corps”. En fin de compte, vous vous efforcez de gagner le combat et de contrôler le suspect. À tout moment, le suspect est libre d’arrêter le combat, de se conformer aux ordres et le malaise prend fin. Cette technique particulière est précieuse car elle permet à l’agent de faire face à la situation, de rechercher le “plus-un” ou d’autres menaces, de lui mettre les menottes ou d’utiliser la radio pour appeler à l’aide. Pour Beresh, quelle tactique recommanderiez-vous dans ces circonstances ?

Contrôle de la carotide

Une de mes passions, donc cela pourrait être long. Cette technique est également appelée “Contention vasculaire du cou -USA) ou en Judo “shime-waza” ou MMA “choke hold”(étranglement). Il s’agit d’une appellation un peu erronée, car cette technique consiste à restreindre le flux sanguin vers le cerveau (hypoxie) plutôt que de comprimer la trachée et d’affecter l’air vers les poumons (ce qui n’est pas recommandé).

Cela fait 29 ans que je me suis battu avec la politique sur ce sujet et nous voilà de nouveau ici. Cette bataille comprenait une présentation au groupe de la Commission des plaintes du public, alors que des préoccupations publiques et une rhétorique politique similaires étaient évoquées. Ils ont quitté la présentation en haussant les épaules et en disant “quel est le problème avec ça, ça ne semble pas si grave”. On leur avait expliqué que, suite à une étude menée auprès de judokas au Japon, l’expérience d’être rendu inconscient avec cette technique, au pire, était comme s’endormir paisiblement. En plus de 100 ans d’application, des millions de fois par an dans les combats d’arts martiaux, où elle est utilisée de manière beaucoup plus agressive que dans la rue, il n’y a jamais eu une seule blessure ou mort attribuée à cette technique. Ce qui a semblé le confirmer, c’est lorsque j’ai décrit les différents scénarios, par exemple : Vous êtes une femme battue qui se fait molester par votre mari à l’arrivée du membre de 5’4″ mentionné ci-dessus. Lorsque le mari costaud tourne son attention vers le membre, le combat est engagé et il est impossible que ce membre puisse contrer le mari ….. tant qu’il est conscient. Options pour rendre le mari inconscient : tirer sur le mari, le frapper violemment sur la tête avec un bâton, ou contrôler la carotide. (Les tasers n’étaient pas disponibles à l’époque, et il a été démontré qu’ils avaient des limites). J’ai demandé au groupe quelle technique ils préféreraient, si côté récepteur. La réponse est évidente. Malheureusement, cela n’a pas empêché de modifier la politique, en supprimant un outil très précieux du répertoire, pour ceux qui y adhéreraient. Le ridicule étant “La GRC a reconnu les dangers inhérents à cette prise en limitant son utilisation dans la politique, qui stipule clairement que la prise de contrôle de la carotide ne peut être appliquée que dans une situation mettant la vie en danger”…nooon, c’est là que Smith et Wesson entrent en scène. Le contrôle de la carotide est bien inférieur à cela.

En même temps, l’événement Rodney King a été évoqué, pour ceux qui se souviennent de cette époque. Je regardais un talk-show qui a suivi, je ne me souviens plus lequel, peut-être Oprah (non, ce n’était pas mon habitude). Parmi les invités, il y avait des membres du jury et un officier de police. On a demandé à l’officier : “N’y avait-il pas une autre technique qui aurait pu être utilisée, en dehors des coups de matraque ? Il a répondu : “Eh bien, nous avions auparavant une technique appelée “contention vasculaire latérale du cou”, mais elle est maintenant interdite et nous ne pouvions pas l’utiliser”. Ils ont simplement avancé dans la discussion, sans s’arrêter du tout sur ce commentaire. Le but, c’est de supprimer des options et de limiter les techniques de réponse. Dans ce cas, les forces de police avaient été assez bien reléguées à l’utilisation exclusive du bâton, pour l’escorte, pour le démontage, pour les frappes d’impact, à cesser lorsque le sujet se conforme à l’ordre légal, qui est généralement “police, ne bougez pas”. Le message, vous voulez une centaine d’incidents Rodney King par an, enlevez le contrôle de la carotide.

George Floyd “et al”

La mention était, et est toujours appliqué dans ces histoires, comme si le drame était à l’origine de la rhétorique. On peut remonter jusqu’à l’incident Dziekanski à l’aéroport ou, pour certains d’entre nous, au type “psychotique cocaïnomane” sur la pelouse avant dans le Surrey dans les années 1980.

Cela a été un peu long et c’est une diatribe à part entière sur l’état du délire agité, la mort liée à la contention et l’application de la théorie polyvagale (Stephen Porges)

Note : Randy Wilson est un surintendant à la retraite de la GRC. Il est ceinture noire de judo et de karaté et a suivi une formation approfondie dans d’autres arts martiaux. Il a enseigné l’autodéfense (tactiques de défense policières) au centre de formation de la GRC (Depot) et a suivi des formations complémentaires à l’Institut Koga (Robert Koga), à l’Institut de judo verbal (George Thompson) et aux tactiques de contrôle des points de pression (Bruce Siddle).

Il est membre de l’équipe d’intervention d’urgence, avec expérience de première ligne des conflits de force meurtrière dans le Lower Mainland et sur l’île de Vancouver. Il est formé pour la protection de personnes de marque avec une grande expérience, voyageant au niveau national et international avec des personnes protégées en tant que garde du corps et coordinateur de la sécurité. Il est également un policier de rue expérimenté, qui a fait ses preuves à Granville et à Hastings, dans une zone de 2 000 km2 avec 15 policiers et dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique avec 1 policier sur 10 000 km2.

3 Comments

  1. Avatar Rock Lessard dit :

    Moi aussi je prends le temps de féliciter M. Wilson. J’ai profité d’une carrière dans la G.R.C. donc je n’aie eu aucune difficulté mais je suis rassuré de voir la Confiance et compétence de M. Wilson qui donne une peu de soutien au travail de police de nous jours. Il y a toujours deux cotés à une situation, et je crois que tous on ne veux pas être du mauvais coté de la situation, escalade de violence on sait quand ça commence; mais pas quand ça fini et comment ça fini.

    Le message de M. Wilson est réconfortant.

  2. Avatar Rivard Jean-Claude dit :

    Contrôler un suspect violent n’est jamais facile, donc notre boîte à outil est notre protection et celle du public. Malheureusement, l’affaire Georges Floyd, a fait très mal paraître le travail policier. Dans le cas présent l’individu est maîtrisé, le genou sur le cou du suspect n’était vraiment plus nécessaire. Félicitations au Surintendant Randy Wilson, ses commentaires sont excellents et surtout adéquat.

    • Avatar Denis Amyot dit :

      Félicitations M. Wilson! Très bel article….C’est bon de voir que certains se tiennent encore debout pour protéger les faits et gestes ainsi que les droits de nos policiers.
      Ne demandez surtout pas une solution à M. Beresh; il va sans doute nous suggérer d’offrir une compensation monétaire au suspect afin que nous puissions lui passer les menottes (oui, il m’arrive de devenir sarcastique quand j’écoute ou je lis les experts du “c’est comme ça que tu devrais faire ton travail”).
      Merci d’appuyer nos membres dans l’exécution de leur travail, de faire en sorte qu’ils/elles puissent revenir sain et sauf à la maison à la fin de leur quart de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *