Introduction

Au service de ceux qui ont servi

L’Association existe depuis 1886. Elle a été constituée en corporation, sous le nom de «Royal North West Mounted Police Veterans’ Association», en vertu de lettres patentes délivrées le 14 janvier 1924 sous l’empire de la Loi des compagnies. Le 1er décembre 1954, des mesures étaient prises pour changer le nom de l’Association afin qu’il corresponde au nom actuel de la Gendarmerie.

Buts et objectifs

L’Association a été créée pour que la formation, l’expérience et la camaraderie acquises par les membres au cours de leurs années de service puissent profiter individuellement et collectivement au Canada, à la Gendarmerie et aux autres anciens membres (ou aux membres de leur famille immédiate et des personnes à leur charge). Ce principe, fort valable, n’a pas changé depuis la création de l’Association. Pour le respecter, l’Association continue à souscrire aux buts et objets de sa Constitution qui sont les suivants :

  • Favoriser l’avancement des intérêts supérieurs du Canada.
  • Servir le Gouvernement du Canada au besoin et sur demande.
  • Collaborer avec la police et en particulier avec la Gendarmerie royale du
  • Canada et les aider dans toute affaire d’intérêt commun.
  • Favoriser le bien-être physique, social et économique des membres de l’Association.
  • Appuyer les sociétés ou organisations communautaires méritoires de charité ou de bienfaisance.

Le fonctionnement de l’Association

Les politiques et objectifs de l’Association sont habituellement déterminés au cours des assemblées générales annuelles. Toutefois, entre les assemblées générales, c’est le conseil national de direction qui est l’organe de direction de l’Association. En plus, il incombe au conseil national de direction d’administrer et de gérer les affaires quotidiennes de l’Association.

Pour aider le conseil national de direction, ainsi que les divisions de l’Association et le grand public, l’Association a mis sur pied un bureau National qui est habituellement ouvert durant les heures normales de travail (heure d’Ottawa). Situé au complexe de la Direction générale de la Gendarmerie, le bureau National peut ainsi entretenir des liens étroits et nécessaires avec cette dernière.

La caisse fiduciaire de bienfaisance

L’un des principaux objectifs de l’Association est d’aider, du mieux possible, les anciens membres de la GRC, ou les membres de leur famille immédiate et les personnes à leur charge, qui éprouvent des difficultés financières. Bien que l’aide puisse prendre diverses formes, il est important qu’elle soit apportée de façon efficace et discrète, et au moment jugé opportun.

Il se peut qu’elle se limite à aider la personne à entrer en communication avec les services des gouvernements fédéral, provinciaux ou municipaux, mieux placés pour l’aider.

On peut également se servir soit de la Caisse fiduciaire de bienfaisance prévue dans la Loi sur la GRC, ou bien du fonds de secours moins important que l’Association a établi et garde, pour aider les personnes qualifiées en leur accordant une subvention ou un prêt. Le remboursement peut être adapté aux obligations de chacun. L’aide financière n’est accordée que lorsqu’il n’y a aucun autre recours possible, ou elle peut être en sus des autres moyens disponibles.

L’objectif est de secourir temporairement ou en permanence des personnes ayant des déboires financiers hors de leur contrôle afin de leur fournir une source de revenus qui leur permette de vivre de manière simple, tout en conservant leur dignité.

N’hésitez pas à communiquer avec l’Association si vous connaissez des gens dans le besoin, qui sont admissibles à recevoir l’aide de cette dernière.

La GRC et l’Association

La responsabilité de la GRC envers ses anciens membres se limite généralement à s’assurer que les prestations accumulées durant leurs années de service sont versées au complet dans les délais prescrits. Bien que l’Association soit très satisfaite de l’excellent rapport qu’elle a eu avec la GRC au cours des ans, elle reconnaît également que cette dernière s’occupe principalement de ses membres actifs, et que tout surplus aux prestations versées après le licenciement doit souvent provenir de l’extérieur de la Gendarmerie. La GRC reconnaît que l’Association défend très bien les intérêts des anciens membres. Pour conserver cette réputation, il est important que l’Association soit perçue comme un représentant valable, or, elle ne peut y arriver sans avoir de nombreux adhérents.