Il est dangereux pour nous tous de saper la confiance dans la police

Giuliano Zaccardelli Publié le 20 juillet 2020
Giuliano Zaccardelli est un commissaire à la retraite de la Gendarmerie royale du Canada.
Alors que la rhétorique anti-police au Canada s’est intensifiée ces dernières semaines, j’avoue que la police montée en moi a été mise en colère. Non pas à cause de ce que l’on pourrait supposer – que je refuse de reconnaître que de graves erreurs ont été commises, ou que je suis désireux de laisser les dirigeants de la police s’en tirer à bon compte – mais plutôt à cause du volume de critiques rapides, faciles et à courte vue émanant de nos politiciens et de nos experts, dont la plupart ont été formulées sans aucun équilibre ni nuance.
Une condamnation aussi brutale et trop large est imprudente. Le résultat inévitable d’un récit simpliste sur la “mauvaise” police est la diminution de la confiance dans l’un des piliers les plus fondamentaux de notre pays : son système d’application de la loi. Et sans la confiance et le capital social qui l’accompagne, le pays pacifique, ordonné et civilisé dont nous sommes tous si fiers sera gravement menacé.
La confiance est peut-être le facteur d’atténuation des risques le plus efficace dont disposent les policiers. Environ 70 000 femmes et hommes au Canada prennent actuellement le risque de servir dans les forces de l’ordre, et ils savent, comme je l’ai fait au cours de mes 36 années de service dans la GRC, que les choses peuvent déraper en un clin d’œil, à n’importe quel moment, à n’importe quel poste et à n’importe quel appel. Si les personnes avec lesquelles la police interagit perdent confiance dans la force, les risques encourus ne feront qu’augmenter.
Selon Statistique Canada, plus de deux millions d’incidents relevant du code pénal sont signalés chaque année au Canada ; au-delà de ces chiffres, il y a des millions d’interactions supplémentaires entre la police et les membres des communautés qu’elle sert. Ce dont nous entendons parler, c’est du minuscule pourcentage de ces incidents qui tournent parfois tragiquement mal – comme il se doit, bien sûr. Il ne faut pas se cacher derrière la “ligne bleue”, et dans les cas où il y a erreur de la police, il est encore plus important que les dirigeants assument la responsabilité et s’engagent à réagir immédiatement et avec fermeté. Cependant, le fait est que la grande majorité du travail de la police dans ce pays est effectué de manière appropriée. Malheureusement, un truisme bien connu est qu’il faut travailler dur pendant longtemps pour établir la confiance, et très peu de temps ou d’efforts pour la détruire.
La communauté des forces de l’ordre au Canada est en fait plus que prête à adopter de nouvelles approches, mais pas dans un contexte de blâme et d’accusation. Non pas en partant du principe que ce qui est actuellement en place est universellement et irrévocablement brisé. Pas en se concentrant uniquement sur le 1% d’erreurs, les 10% de “pourrait être plus efficace” contre les 90% de “ce qui fonctionne bien” jour après jour dans tout le pays. Et absolument pas sans une base réelle et authentique de respect pour les hommes et les femmes qui travaillent si dur dans un travail aussi difficile, dans un système plus souvent considéré comme acquis que compris.
Je sais que nous pouvons trouver un moyen de progresser en nous appuyant sur les points forts qui existent et en acceptant que ce qui a mal tourné puisse nous indiquer comment faire mieux, plutôt qu’en nous basant sur des tentatives de démolir toute la maison simplement parce que certaines briques doivent être remplacées.
Je ne peux pas terminer cet article d’opinion sans faire un commentaire sur le racisme systémique au sein de la GRC. Je pense que l’on peut dire sans risque de se tromper qu’il y a bien sûr du racisme systémique au sein de la Gendarmerie royale du Canada, parce qu’il y a du racisme systémique au Canada en général. J’ai souvent dit qu’au fur et à mesure que le Canada avance, la GRC avance aussi. Et notre force de police nationale, vieille de plusieurs décennies, a toujours reflété les valeurs, les attentes, les défis et les orientations de notre société. La GRC ne crée pas de lois ; elle applique les lois adoptées par le peuple et le gouvernement de l’époque, et ce faisant, elle marche au rythme du pays au fil du temps.
Les événements récents ont mis en lumière un héritage inacceptable du passé, et il y a une urgence utile derrière les appels au changement qui sont lancés dans tout le pays. Malheureusement, les accusations générales de racisme ne tiennent pas compte des comportements individuels de la majorité des membres des organisations policières qui s’efforcent de maintenir des services de police justes et équitables. Elles ne reconnaissent pas non plus les nombreux efforts sérieux et de longue date d’organisations comme la GRC, qui ont été mises en place pour éduquer et former leurs membres afin d’éliminer le racisme tant dans les rangs que dans les relations avec le public. Déballer, comprendre et défaire des décennies de racisme systémique est une entreprise complexe, et je crois que la GRC – de concert avec les secteurs de l’éducation, du gouvernement, des organismes à but non lucratif et des entreprises – cherchera ces approches nouvelles et améliorées, afin de poursuivre ensemble le travail sans fin visant à bâtir un avenir meilleur.
*** Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) ***

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *